Au nom du père du fils et la Musique: Vieux Farka Touré honore son art

0
77

Il est des soirs agréables à vivre comme celui du vendredi 12 avril. A la bonne humeur ravageuse, Vieux Farka trônant à l’accueil du patio de l’Institut Français accueillait avec joie ces mélomanes en désir de blues endiablé.

Quand toute une vie les oreilles se sont familiarisées avec les sonorités du père, il n’est pas rare que les amateurs de l’un compare le fils au père. Vieux n’est pas sans rappeler Ali, il console le Mali de sa perte.

Le fils attendu forcement par les initiés, du blues venu du vent chaud de Nianfunké pour conquérir le monde. Vieux Farka du haut de son 7e album dévoile généreusement son repertoire musical teinté d’hommages aux Maîtres (Ali et ses compagnons Toumani Diabaté et Bassekou Kouyaté).

Vieux Farka Touré meconnu du public malien parcours le monde depuis bien des années en continuant de semer au quatre vents le blues du Mali. C’est ce vendredi qu’il s’est produit dans la salle de spectacle de l’institut français de Bamako.

Dans une générosité connue des virtuoses des cordes maliennes, Vieux a invité ses amis fils et fille des pères amis à Ali Farka Touré.

Bien sûr la chanson attendue Diarabi nous rappelle le legs dont l’artiste est fier et le place en héritier incontesté de l’émérite Blues Man du désert Ali Farka Touré dont le Mali garde le goût amer de le compter parmi ses illustres disparus.

Vient le temps des amis, après une invitation, comme invité Balla Diabaté et Kankou Kouyaté viennent lui passer la réplique. Des reprises  comme Diarabi ont égayé la soirée, ainsi que Hamadi, une reprise de Vieux Farka avec Balla Diabaté  interprété par Toumani Diabaté et d’Ali Farka Touré.

Sur une note langoureuse de Takamba vieux met en transe les mélomanes venus clôturer leur chaude semaine.

Reprise de Diarabi d’Ali Farka Touré

Vieux Farka Touré et Kankou Kouyaté, je connais tout

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here