Madou Sidiki Diabaté: La Kora dans la peau

La Kora se joue dans sa famille depuis 72 générations, son ancêtre Tilimakan Diabaté est le premier qui a joué à la harpe-luth manding, au 13e siècle dans la cour des rois du Mandé. Il s'appelle Madou Sidiki Diabaté, le dernier fils de Sidiki Diabaté, virtuose de la Kora mandingue, Madou Sidiki est la 71e génération a avoir reçu cette harpe en héritage.

Le Mali en deuil: Kassé Mady DIABATÉ n’est plus

Kassé Mady est né en 1949 à Kéla, village situé à 8 kilomètres de Kangaba, « la ville où tout est esprit », considéré comme le berceau de la civilisation du Mandé. Fils d’un cultivateur et d’une ménagère, il fut soumis dès le plus jeune âge aux durs travaux agricoles. Il se revoit ainsi « coupant l’herbe pour les chevaux », trompant sa solitude par des chants improvisés, accompagné au ngoni, le luth traditionnel

Un week-end de spectacles à Bamako : le tournis

Bamako vit au rythme effréné des événements culturels. Ce vendredi est-il comme les autres ? Trois oui trois évènements marqueront les rives gauche et droite...

Koum Ben Jazz Festival : Un happy come back dans les années...

Sous l’oeil vigilant de Black Boudha (surnom de Cheick Tidiane Seck) distribuant les partitions, entre deux grands sourires, l’orchestre s’exécuta.

Tarhanin une fusion Nord-Sud pour la paix au Mali

« Ce projet c’est un Mali qui chante, qui danse ensemble et non un Mali qui se fait la guerre »

Soul Bang’s : le lauréat du prix RFI 2016 à l’honneur au...

Du 26 au 29 avril la Cité du Meketan ouvrait ses portes au festival Ciné-Ados. A une centaine de kilomètre de Bamako la petite cité au paysage pittoresque, entre colline où plane l’âme de Soumangourou Kanté et le fleuve Niger, se situe Koulikoro, la deuxième région du Mali. Il y a sept ans le festival Ciné-ados se fixait dans la capitale régionale.

A la découverte d’Arouna Sissoko, réalisateur, auteur de Magno Kuurunte « mariée...

L’homme est convaincu qu’on peut concilier la réalisation de film au métier de journalisme. Il aurait pu être footballeur. Arouna Sissoko - à l’instar...

Ciwara : un mythe Bambara qui récompense les braves

Le Ciwara au 21e siècle plus que tout s’impose au Mali comme le symbole de la bravoure, du courage, de l’abnégation et de la sagesse. De par sa légendaire réputation il ne put récompenser un faignant. En revanche, la tête d’antilope bambara, mi-animal, mi-humain, Ciwara récompense les travailleurs pour exalter leur courage et leur dévouement dans tous les domaines de la vie active.

Djon bê sini don ? Alima Togola en scène

Le vendredi 20 avril 2018 à l’espace culturel Blonba de Bamako Alima Togola Djon bê sini don est une One woman show écrite et...

Yambo OUOLOGUEM : Les confessions de mon père spirituel

Le Mali perdait le 16 octobre dernier, un grand Ecrivain. Yambo Ouologuem est décédé à l'âge de 77 ans à Sévaré au Mali, ville...