Chris Seydou : le chantre

0
190
chris seydou
chris seydou

La passionnée de mode non créatrice Mariah Bocoum se donne l’ambition de nous rappeler cette année Chris Seydou, cet autre chantre du stylisme africain. Elle nous met sur les traces de celui qui a été arraché à l’affection du Mali un jour de mars 1994 (le 4).

L’influence de Seydou s’étant au-delà du périphérique Bamakois, dans les années 90 tous voulaient porter du Bologan, l’effet Chris. Mariah Bocoum à l’occasion de son évènement en Avril 2018, De-Fil-En-Aiguille organise à travers une exposition une rétrospective sur le créateur malien ex-collaborateur d’Yves Saint Laurent.

Qui est Seydou Nourou Doumbia alias Chris Seydou ?

 

chris seydou 4
chris seydou 4

Il est celui par qui le Mali a été porté sur les grands podiums. Par son amour pour la cotonnade Feu Chris Seydou alias Seydou Nourou Doumbia né en 1949 saura moderniser le paysage de la couture au Mali. Mettre la cotonnade au cœur de la haute couture africaine, pour valoriser la technique artisanale du Bogoloan. Rêver la haute couture pas en soie de chine mais en Bogolan voilà le défis que s’était instauré l’inventif Seydou. Rappelons juste que le Bogolan est cette technique traditionnelle de teinture traditionnelle à base terre fermentée, des couleurs naturelles de la terre fixées sur du coton.
Bourlingueur depuis l’enfance de Ouagadou à Abidjan passant par Paris, Seydou crée son premier magasin-atelier de stylisme à Ouagadougou, puis s’installe à Abidjan ensuite pour se décider un retour au bercail où il raccrochera les fils.

Icône référence pour la nouvelle génération de stylistes africains. Elle se souvient d’avoir rêvé devant les collections du créateur les yeux dans les étoiles. Le styliste des grandes cantatrices maliennes comme Ami Koita, Kandia Kouyaté est revelé au public international auprès d’Yves Saint Laurent dans les années 70 après s’être installé à Paris, il revient en Afrique en 1981, s’installe à nouveau à Abidjan d’où naîtra sa marque Chris Seydou.

De-Fil-En-Aiguille

chris seydou 3
chris seydou 3

L’homme aura vécu pour la valorisation de la culture malienne à travers le savoir faire des artisans car convaincu que l’artisan malien devait vivre de son art. Mariah Bocoum joint par téléphone pour cet article trouve que ce n’est que devoir que de rendre hommage à l’homme de fil. « C’est un devoir pour moi. Chris Seydou a ouvert la voie à nous autre. Il nous l’a grandement ouverte, à nous de faire le reste du bout. C’est aussi notre manière de jouer notre partition pour le développement économique, social et culturel du Mali. Pour cela un domaine en perdition est à porter, le métier de tisserand. », « de fil en aiguille va mettre la lumière sur les créateurs maliens, transformateurs de coton, teinturiers traditionnels. « Pour ce faire nous prévoyons la formation de renforcement de capacité pour les transformateurs en fixation de couleurs des tissus avec un accent mis sur la formation des jeunes femmes à la broderie à la main. » ajoute la styliste malienne.

En avril nous serons au rendez-vous de la mode mais surtout de la valorisation du savoir-faire malien.

Dia D Sacko
@DiaSporactive

PARTAGER
Article précédentFestival-Dibi à Bamako : comme un air d’été le temps d’un week-end
Article suivantMali, Maroc, France : en équations nomades
MaliCulture est une jeune et nouvelle initiative de Dia Djélimady SACKO, Femme de Lettres, de Culture, Chargée de communication et Ex-professeur de Lettres, consultante en édition. Entreprenante et passionnée de Médias et de Culture, la franco-malienne travaille pour faire de Mali Culture la référence médiatique en matière de vulgarisation des expressions culturelles au Mali. Avec sa petite équipe de stagiaire, qu’elle veut voir grandir, elle entend accompagner les entreprises culturelles dans la diffusion et la valorisation de la culture malienne. Dia est diplômée d’un Master2 de Lettres Recherche et de Science de l’Éducation de l’Université de Toulouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here