Fototala King Massassi au Festival BAM

Exposant au premier festival BAM du jeune artiste danseur Tidjani N’diaye, commencé le 30 novembre dernier jusqu’au 12 décembre prochain, King Massassi pour qui « Au Mali tout est photo », offre aux visiteurs une vingtaine d’œuvres toutes inspirées de notre société, cette scène sans fin pour lui.

0
207

La nature malienne, dotée de belles créatures de toutes factures, est suffisamment riche pour inspirer tout artiste. Cette philosophie, Fototala King Massassi se l’est appropriée et n’a d’angle que la société. Il bâtit toutes ses œuvres autour des activités journalières « aux vrais gens » des petits commerces, pêche, conducteurs de charrette etc.
Sa photo d’un talent hors du commun, ne laisse personne indifférente, voilà pourquoi il est sollicité dans tous les grands rendez-vous de la photographie au Mali, en Afrique et ailleurs. En 2017, il a participé aux côtés de célèbres photographes à la biennale africaine de la photographie à Bamako, où il s’est fait distingué par son style.
Participé à ce festival, donne une grande satisfaction à l’artiste, qui voit au projet de la compagnie copier-coller un très bel avenir, puisque « les initiateurs sont des fin bosseurs, et savent que seul le travail paye. Il est toujours une chance de collaborer avec ceux qui savent l’importance du travail. Je suis désolé de le dire, je n’aime pas marcher à l’heure malienne, j’ai un gros souci avec moi-même, c’est que je n’aime pas faire attendre, et je n’aime pas qu’on me fasse attendre. Ceux-là aiment ce qu’ils font, et vont jusqu’au bout ».
La nature étant son principal gouvernail, King se promène à Bamako à la rencontre des ouvriers pour ses prises de vue. Leurs activités, tel qu’il les définisse PIB (Passion intérieur brute) ou PNB (Passion national Brute), sont son seul secret d’inspiration. « C’est le Malien de tous les jours qui m’inspire, car il est celui qui vit à la solde de sa sueur pour dire qu’il n’y a pas de sot métier. J’ai moi-même été cinq ans jardiniers. Donc ce sont ces métiers qui m’ont formé et qui m’inspire toujours »
Dans la photographie depuis près de six ans maintenant, le natif de Kati est convaincu qu’il n y a d’obstacle qu’il peut exister des manque d’ambition. « Le Mali est un pays au passé glorieux, il suffit juste que nous jeunes apprenions ce passé pour nous en servir »
Passé de la musique au théâtre, du théâtre à la photo, King Massassi sortira très prochainement du studio, un nouvel album intitulé « Rastadaffra », ou le Rasta qui dit tout. Dans cet album, il s’attaque aux problèmes qui minent notre société actuelle : corruption, clientélisme, népotisme, banditisme….
Une manière pour l’artiste de faire un clin d’œil à ses fans, pour leur dire qu’il ne les oublie jamais.
Ibrahim Kalil

PARTAGER
Article précédentGanda le dernier Griot : Un sage Soninké
Article suivantRokia Traoré : Entrepreneure au-delà de la musique
MaliCulture est une jeune et nouvelle initiative de Dia Djélimady SACKO, Femme de Lettres, de Culture, Chargée de communication et Ex-professeur de Lettres, consultante en édition. Entreprenante et passionnée de Médias et de Culture, la franco-malienne travaille pour faire de Mali Culture la référence médiatique en matière de vulgarisation des expressions culturelles au Mali. Avec sa petite équipe de stagiaire, qu’elle veut voir grandir, elle entend accompagner les entreprises culturelles dans la diffusion et la valorisation de la culture malienne. Dia est diplômée d’un Master2 de Lettres Recherche et de Science de l’Éducation de l’Université de Toulouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here