Les samos du Burkina Faso: un peuple du mandé

0
33

Les samos ou samoghos, du Burkina Faso sont un peuple mandingue vivant au Nord-ouest du pays. Cette société repose sur une culture très forte et très riche, qui essaie de rester toujours immuable au temps.

Au Burkina Faso les samos parlent le « san » ou le « samo » et leurs patronymes ne sont autre que Toé, Paré, Ky, Kawané, Garané, Mossé, Kanamé, Dalla, Yélémou, Dao, Toni et Kamambiri. Par ailleurs on rencontre aussi selon les localités les noms comme Zerbo, Koné, Lamoukiri, Kané, Louri, Zou, Tiéba, Koussoubé, Tiema, Bitibaly, Drabo, Bananzaro, etc…

Un peuple de culture et d’agriculture

Ce peuple vit principalement d’agriculture. Cependant, il pratique parallèlement la chasse et l’élevage. Les denrées cultivées sont généralement le sorgho, le petit mil, le maïs, le haricot, l’arachide, les poids de terre, l’oseille, et le sésame. Ainsi donc le samo se nourrit traditionnellement de tô, de haricot, poids de terre, feuilles sauvage, « zamané » et d’autres mélanges de ses semences. D’ailleurs les femmes samos sont reconnues par leur habilité en la matière et la préparation du dolo. Les samos habillent en « san don » ou faso danfani.

Un peuple de cultures occultes

Au pays des hommes intègres, les samos du Nord et sud sont tous animistes. Ils ont des fétiches auquels ils font des sacrifices en l’honneur de leurs ancêtres. Dans le même cadre, ils organisent chaque année le « Tolo » ou le retour des ancêtres, pendant une semaine dans le mois des grands vents et des grands poussières (Février ). D’ailleurs les tempêtes de poussières au début et à la fin des festivités sont considérées comme provoquées par le foulée des pas de la foule des ancêtres en marche.

Les masques pour se dire 

Comme dans beaucoup d’autres cultures, chez les samos ils existent des masques dont les plus répandus sont apparaissent sous la forme d’animaux, les masques: buffle, coq,  lapin,  bouc. Aussi ils savent causer, travailler au son de musique à l’aide d’instruments, qui sont la flûte, la corne, l’arc musical, le tambour, le tam-tam, etc… ou faire des jeux comme la lutte au claire de la lune qu’ils accompagnent avec des pas de danse originaux.

En milieu Samo le mariage est sacré

En milieu samo, le mariage est un lien sacré qui lie deux familles et même deux quartiers. Généralement, les gens de même quartier ne se marient pas pas entre eux, car ils se considèrent comme frères et sœurs. La dote est composée de sel, de beure de karité, de bétail, de faso danfanis,d’argent. Très souvent, on procède d’abord par enlèvement, c’est-à-dire que le jeune garçon et ses amis enferment la jeune fille pendant un certain temps avant de la libérer pour officialiser l’union. Mais si cette dernière ne consent pas, elle trouvera un moyen de s’échapper avant qu’elle ne soit libérée sinon elle deviendra aussitôt la fiancée.

Quand il y’a décès chez les samos, c’est la fête si le défunt est âgé. On l’ assainie, on l’habille et on le fait asseoir là où il a l’habitude de s’asseoir, ainsi on essaie d’imiter ses comportements, humoristiques pour rappeler aux gens ses moments de joies. Ensuite, au son de tambour et de tam-tam, on danse autour de lui pendant des heures avant de l’hunimer. Si c’est un homme, il sera organisé une chasse en son honneur et les femmes iront chercher du bois, si c’est une femmes. Un bon dolo sera préparé en son honneur et tous les soirs pendant 10 jours, on viendra boire, chanter, et danser en son honneur dans sa famille au son de tambour et de tam-tam.

Bon voyage en pays samo… Culturellement Vôtre !

Par Drabo Blaise Arsène et Sangaré Boubacar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here