MALI : AGORATOIRE, C’EST L’ART D’ÉCRIRE, DE SE PERFORMER ET DE SLAMER…

Le slam est un art oratoire, vivant et spectaculaire qui attire surtout la future génération. De plus en plus, les jeunes sont obstinés à devenir des véritables professionnels dans ce milieu. Ils veulent tous écrire et déclamer leurs propres textes. La maison Agoratoire assouvit cette soif des jeunes pour le slam. Abdoul A. Koné, Artiste slameur, président de ladite maison, nous a accordé une interview pour plus d’éclaircissement.

0
410

Qu’est-ce que la maison Agoratoire ?

Agoratoire est une maison culturelle, qui accueille des résidences culturelles, les ateliers d’écriture au tour du slam, du théâtre, de danses, d’arts plastiques, et, qui assure la promotion des jeunes talents et des artistes dans la généralité. Elle a été créée depuis 2008, et c’est en 2010 que la formation a vraiment débuté. En 2016, la maison fait son apparition à Lafiabougou, dès lors, elle est vite considérée comme une référence dans le milieu culturel malien à travers son initiative à hisser cette culture plus haut. Elle est auteur et réalisateur du festival international du slam et d’humour du Mali, de la compétition nationale du slam, de Bamako slam show, et, elle accueil des artistes pour des spectacles.

Combien de jeunes la maison Agoratoire a-t-elle formé ?

La maison Agoratoire a formé des milliers de jeunes en slam à Bamako et surtout, dans les autres régions à l’exception de Kidal à travers la compétition national du slam. Elle a instauré le slam dans les classes primaires afin de faciliter son apprentissage.

Le journal du Sahel : La formation de l’Agoratoire est-elle payante ?

Comme toute autre formation, elle est gratuite. La maison exige un prix forfaitaire juste pour payer les artistes qui viennent assurer la formation notamment dans la diction, les techniques durant la déclamation.

A quoi sert le slam ?

Le slam aide le développement personnel. En effet, c’est une manière de s’autoproclamer, et de se prononcer non seulement sur soi-même mais, aussi, de s’exprimer sur des choses qui se passent autour de son environnement. C’est un art d’ouverture au monde, de la libre expression surtout pour les handicapés, les marginalisés qui n’ont pas une autre arme de combat que l’écriture. C’est également un moyen d’épanouissement et de se responsabiliser. En outre, c’est informer et cultiver les gens.

Quelles sont les perspectives qu’envisage la maison Agoratoire ?

Agoratoire vise à professionnaliser l’espace culturel malien en formant plus de jeunes en slam car, le slameur a besoin d’être plus formé. Elle envisage à promouvoir le slam en incitant cette jeunesse à le prendre au sérieux et apporter beaucoup de nouveauté pour que le Mali soit un exemple à suivre dans le slam.

Je vous remercie monsieur Abdoul A. Koné pour votre collaboration.

C’est à vous mes sincères remerciements.

Adama Sanogo (L’Ecrivain Du Temps) pour le journal Sahel

 

PARTAGER
Article précédentLes soirées interculturelles des Equations Nomades : Mali-Maroc-France
Article suivantNoumoukè Camara: sur les traces de Basquiat
MaliCulture est une jeune et nouvelle initiative de Dia Djélimady SACKO, Femme de Lettres, de Culture, Chargée de communication et Ex-professeur de Lettres, consultante en édition. Entreprenante et passionnée de Médias et de Culture, la franco-malienne travaille pour faire de Mali Culture la référence médiatique en matière de vulgarisation des expressions culturelles au Mali. Avec sa petite équipe de stagiaire, qu’elle veut voir grandir, elle entend accompagner les entreprises culturelles dans la diffusion et la valorisation de la culture malienne. Dia est diplômée d’un Master2 de Lettres Recherche et de Science de l’Éducation de l’Université de Toulouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here