Présidé par madame le ministre N’Diaye Ramatoulaye Diallo le projet UNESCO/ASDI : « Repenser les politiques culturelles pour la promotion des libertés fondamentale et la diversité des expressions culturelles », a été lancé le 17 juin passé.

Financé par l’agence suédoise de coopération internationale pour le développement, ce projet répond aux besoins exprimés par les parties de la convention de 2005 cherchant un appui pour renforcer les capacités humaines et institutionnelles des acteurs gouvernementaux et de la société civile afin de suivre et rendre compte des politiques et mesures qui protègent et promeuvent la diversité des expressions culturelles. Dans ce but, l’UNESCO met à disposition une expertise spécialisée dans l’organisation de consultations multipartites, notamment des acteurs gouvernementaux et de la société civile ; offre des formations sur la collecte et l’analyse des données ; soutient la coopération interministérielle ; et facilite les débats publics sur des sujets émergents tels que l’égalité des genres dans le secteur de la culture, la diversité des médias ou la liberté artistique.

Selon Désiré Ouedrago, Expert UNESCO du Burkina-Faso « La convention de 2005 de l’UNESCO stipule que chaque Etat ayant ratifié la convention, doit mettre en place un système de financement de la culture ». Reste à savoir si un milliard peut porter la culture malienne dans sa diversité, surtout en ce temps de crise où la culture est devant les scènes pour remédier par nos valeurs inoxydables ces crises que nous traversons. La culture est un des facteurs clés pour arriver à une paix durable; la cohésion sociale, nos us et coutumes font de ce secteur un pilier irremplaçable.

D’après Monsieur Maiga Expert de la culture  » Le Mali doit porter  la question de la politique culturelle pour lancer cette industrie »

Au tour d’Ali Daou Chargé de Programme Culturel du Bureau de l’UNESCO du Mali de lancer la question fatidique du financement de la culture:

 » Je suis Djawando, personne ne dit à un Djawando comment trouver de l’argent, le Mali compte 22 millions d’abonnés téléphoniques, acteurs culturels mettez-vous ensemble allez trouver les opérateurs de téléphonie, si on prélève 1 euro nous pourrons soulever 17 milliards de franc cfa »

Vous l’aurez compris le Mali, ses acteurs culturels, partenaires techniques et financiers attendent avec impatience le premier rapport malien sur les industries créatives et culturelles.

Boubacar Sangaré

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here