Salif Keita l’itinéraire en lettres

0
119

L’auteur-compositeur malien Salif Keïta fête ce 25 août ses 70 ans. Cette année 2019 marque aussi les 50 ans de carrière de cet artiste dont le parcours, les créations, mélodies et messages parlent à des milliers de fans à travers le monde… Nous avons tenté, en quelques lettres, de dresser un abécédaire de ce riche itinéraire dont Salif lui-même a dit que la partie discographique s’arrêtait avec son dernier album en date, Un autre Blanc (Naïve Records,  2018). Ce portrait  mêle anecdotes, éléments de biographies, analyses et explications de textes, évocations d’étapes et d’événements importants, de compagnons de route…

20190320_184024[1]

== ABIDJAN : la capitale économique de la Côte d’Ivoire, où il arrive avec le groupe Les Ambassadeurs en août 1978, a été une étape importante dans l’itinéraire de Salif Keita. Ville en plein essor, en raison de l’explosion des cours du café et du cacao – dont la Côte d’Ivoire est l’un des plus grands producteurs – Abidjan devient une plaque tournante de la musique africaine avec de nombreux labels et des studios, où les conditions de travail sont meilleures et les opportunités plus nombreuses. Ils y vivent dans une villa. Entre 1977 et 1978, la situation politique au Mali se dégrade. Plusieurs personnalités politiques protégeant l’orchestre sont arrêtées. Manfila Kanté et ses musiciens émigrent. C’est lui qui, devant le durcissement du régime militaire au Mali, pousse le groupe à émigrer à Abidjan, qu’il connaît pour y avoir séjourné dans les années 1960. C’est en 1984 que Salif Keita quitte Abidjan pour retourner à Bamako, mais sa participation au Festival des musiques métisses d’Angoulême (France) le révèle au public européen.

== ALBINOS : en 2005, un an après son retour (définitif) au Mali, Salif Keita crée sa fondation pour la défense des albinos au Mali, qui porte son nom et vit grâce à sa notoriété et à son engagement. L’artiste est né albinos, et a souffert de cet état que, à sa naissance, ses parents ne pouvaient pas comprendre le fait de donner naissance à « un Noir à la peau blanche ». « La tradition a attribué et attribue à l’albinisme un passé maléfique. Ce qui a rendu beaucoup plus difficile la vie aux albinos », disait Salif Keita à la sortie de son album La Différence (Universal, 2009), dans lequel il parlait pour la première ouvertement de cela. L’assassinat d’albinos au Burundi et en Tanzanie lui avait donné une occasion de le faire. « Les Africains, on ne peut pas les brutaliser, parce que c’est culturel, ajoutait-il. Il est difficile d’effacer ou de lutter contre cela avec violence. Je pense qu’il faut sensibiliser les Africains et les gens qui pensent de la même manière que les Africains…Moi, je suis un chanteur ; j’ai fait une chanson sur la différence. Toutes les différences ont été créées par le bon Dieu. » Il a vécu une enfance faite d’injures, de rejet, d’humiliations et de mépris. A l’école, il ne peut suivre normalement les cours, certains de ses camarades le prenant pour « un enfant de malheur ». Et quand il voulu devenir instituteur, l’administration n’a pas voulu, estimant qu’il aurait fait « peur » aux élèves. Ainsi rejeté partout, il s’intéresse à la musique, même si la tradition voulait que lui, le « noble » n’en fasse pas. Ses parents qu’il finit par convaincre ne voulaient pas, parce que pour eux, il y avait mieux à faire. Mais ce n’est pas pour échapper à une quelconque condition qu’il a opté pour la musique. S’il est devenu musicien, c’est par vrai amour pour ce métier. C’est ce qu’il explique avant la sortie de l’album Talé (Universal, 2012) : « Je ne suis jamais monté sur scène parce que je suis albinos, c’est sûr. Je suis monté sur scène parce que je voulais faire ce métier. Peut-être le fait d’être albinos m’a amené vers ça. Pourquoi ? Parce que, tout de suite j’ai eu de l’amour pour la musique, qui était une façon de me consoler. Mais je suis sûr et certain que c’est Dieu qui m’a donné une porte de sortie. C’est sûr. C’est Dieu qui m’a donné cette opportunité, et c’était très bien pour mon équilibre. »

== AMBASSADEURS DU MOTEL : Salif Keita a rejoint Les Ambassadeurs du Motel en 1973 pour relever de nouveaux défis artistiques lui permettant mettre en valeur son potentiel individuel et de créer de nouvelles mélodies. Le groupe, dirigé de main de maître par le guitariste guinéen Kanté Manfila, jouit du parrainage de Tiekoro Bakayoko, puissant responsable de la sécurité au sein du régime de Moussa Traoré, passionné de musique qui protège jalousement les Ambassadeurs. Le Motel est le fief du groupe qui a été baptisé parce que plusieurs de ces musiciens sont originaires de pays voisins du Mali. Manfila Kanté, compositeur et arrangeur de talent, a été pour beaucoup dans l’arrivée de Salif Keita dans l’orchestre qui se distinguait par un réarrangement de mélodies et rythmes du patrimoine mandingue. Le Rail Band, groupe rival où Salif a évolué entre 1969 et 1973, les musiciens se contentaient s’interpréter des standards mandingues. Et la créativité et le leadership dont lui et Manfila Kanté ont fait montre au sein des Ambassadeurs – un véritable partenariat artistique – donnent l’enregistrement de 45 tours à partir de 1975, d’un album en 1976, qui sera suivi d’autres.

Aboubacar Demba Cissokho

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here