FASO DIBI : quand le savoir-faire du Dibi-Sôgô (viande rôtie) se transporte hors du Mali

Il était une fois la merveilleuse histoire du Dibi-Sôgô au Mali. Qui ne connaît pas le Dibi-Sôgô ! Chaque malien a une première belle rencontre avec le Dibi-Sôgô sans déception, quand c’est un Maître qui le fait. Une douce odeur de barbecue, cuit au feu de bois, le Dibi-Sôgô c’est aussi l’histoire d’une extraordinaire expérience de gourmets. Suivez-nous dans le doux royaume de la rencontre du feu de bois et du mouton, ou du cabri.

0
312

Depuis Néanderthal l’homme est un carnivore assumé, l’ancêtre de l’homme moderne se nourrissant à 80 % de viande de grands mammifères, sa descendance du Sud du Sahara est fin connaisseur et amateur d’une viande très particulière. Le Dibi-Sôgô. Hummm, déploiement de sens au simple fait d’invoquer son nom, les papilles se remplissent d’eau. Le voyage de sens à travers les rues de Bamako, de Ndjamena, de Niamey peut commencer, embarquement dans les saveurs de l’oignon accompagné d’un mélange de poudre, magique, exhausteur de goût et de sens.

Une douce odeur de barbecue, cuit au feu de bois pour une découverte unique. Le Dibi-Sôgô c’est aussi l’histoire d’une extraordinaire expérience de gourmets.

De la gastronomie malienne c’est celle qui fédère tous les maliens de toute ethnie, de tous horizons.

Plus qu’une madeleine de Proust, le Dibi est ce lieu commun gustatif qui réunit tous les amateurs de viandes rouges et du thé. OUI le Dibi fonctionne avec le thé. Depuis des décennies les maliens et certains autres pays de la sous région exporte en papier ciment bien nettoyé, désormais papier de lait en poudre aux Etats-Unis, en France, partout dans sa diaspora se trouvant en manque de cette viande dont la seule évocation transporte dans les méandres du bonheur et des sens. Après les épiciers (boutiques) nos paysages luisent par bien de Dibiterie dans nos quartiers. Au départ pour la majeur partie ouverte le soir, certaines officines «  pharmacie du bonheur » sont ouvertes H24. Si Appolo en Maître sur la ville des Trois Caïmens a conquis les cœurs c’est au tour de One Close de nous faire déplacer d’un point à l’autre de la ville. Pour ma part j’ajouterai le Kilimandjaro à Hamdalaye ACI.

Et depuis juillet dernier j’y ajoute Faso-Dibi de Paris. En expatriation le Dibi-Sôgô fait partie des mets du Mali qui manque terriblement, sens il est par son odeur.

Il s’appelle Saba Aba Traoré, jeune malien de la Diaspora, vivant en France s’installe avec son initiative de transporter le goût véritable du Dibi-Sôgô à Paris. La belle idée ! Si dans nos valises on faisait une place pour le Dibi-Sôgô jalousement emballé par la famille, c’est désormais dans son ventre qu’on le fait en quelques minutes en commandant. L’innovation c’est trouver réponse dans une demande réelle, ce fut le cas de Faso Dibi dont le four ne s’arrête pas. En bonne amatrice de viande rôtie, le bonheur des vacances d’été fut complet. Quelle surprise, le goût authentique du Mali en France sans prendre l’avion.

L’entreprise innovante de Saba Traoré arrive à pique pour les maliens et autres africains de Paris. Une livraison dans les délais, une viande moelleuse et juteuse sont gages d’un succès prévisible pour Faso-Dibi

Faso Dibi c’est le vrai Dibi du Mali, à Paris.

Bonne chance à Saba et Faso-Dibi !

Dia Sacko

PARTAGER
Article précédentMali : le pagne tissé redresse fièrement la tête
Article suivantSalif Keita l’itinéraire en lettres
MaliCulture est une jeune et nouvelle initiative de Dia Djélimady SACKO, Femme de Lettres, de Culture, Chargée de communication et Ex-professeur de Lettres, consultante en édition. Entreprenante et passionnée de Médias et de Culture, la franco-malienne travaille pour faire de Mali Culture la référence médiatique en matière de vulgarisation des expressions culturelles au Mali. Avec sa petite équipe de stagiaire, qu’elle veut voir grandir, elle entend accompagner les entreprises culturelles dans la diffusion et la valorisation de la culture malienne. Dia est diplômée d’un Master2 de Lettres Recherche et de Science de l’Éducation de l’Université de Toulouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here